« La boisson maudite » : comment les Arméniens ont fait découvrir le café aux Européens

//« La boisson maudite » : comment les Arméniens ont fait découvrir le café aux Européens
yell_extreme_park_2

« La boisson maudite » : comment les Arméniens ont fait découvrir le café aux Européens

« La boisson maudite » : comment les Arméniens ont fait découvrir le café aux Européens

Comme on le sait bien, les Arméniens sont de grands amateurs du café. Non seulement ils apprécient cette boisson aromatique, mais ils savent aussi comment la préparer et la présenter. Aujourd’hui, le café se boit aux quatre coins du monde. Mais peu de gens savent que dans certains pays européens, les Arméniens ont été les premiers à découvrir cette boisson.

En République tchèque, le café ou « la boisson maudite », a été présenté pour la première fois par un Arménien Georgièsse Déodatous. Cet Arménien, venu à Prague en 1705, sans un sou dans les poches, a fondé ici son business. Après avoir obtenu la permission des autorités de la ville, il a commencé à balader dans les rues avec un petit poêle à la main, sur laquelle il réchauffait de l’eau et préparait du café, en proposant aux passants de goûter cette boisson avec de petites tasses.

Le café de Georgièsse a bientôt acquis une grande popularité. En 1707, il a obtenu la permission de l’empereur Joseph I et en 1708 il a fondé le premier café-magasin à Prague, qu’il a nommé « Chez le serpent d’or ». Puis, le café a été déménagé dans un autre bâtiment car le premier était très petit, et ceux qui souhaitaient goûter « la boisson maudite », étaient obligés de le faire devant le café, dans la rue.

Après le décès du propriétaire, le café a fermé. Il y a maintenant un autre café-restaurant au même endroit, portant le même nom, dont la propriétaire, Madame Kralova, raconte toujours à tous les visiteurs la préhistoire de l’établissement.

Le premier café de Vienne a été également fondé par un Arménien, en 1683. Il s’appelait Johan Diodato (Hovhannes Astvatsatour), plus connu sous le nom de George Franc Colshitsky. C’est grâce à lui, que les habitants de Vienne, ont goûté pour la première fois cette merveilleuse boisson.

Il existe encore aujourd’hui un café dans la même rue, à l’entrée de laquelle on trouve la sculpture d’Astvatsatour avec un plateau et une cafetière à la main.

Les Parisiens ne font exception non plus. Ils ont également essayé le premier café par des mains d’un Arménien. Bien que les empereurs français connaissaient déjà cette boisson, celle-ci a acquis une grande popularité en 1671, lorsqu’un Arménien, Pascal Hay (Kharokian) a ouvert le premier pavillon de café, à Paris, au marché Saint-Germain. Aujourd’hui il est remplacé par un petit café français.

Source : www.courrier.am

News

Carte de l’Armenie

Inscrivez-vous à la Newsletter