Dégustation de vins

/Dégustation de vins

La bière

On sait que cette boisson est produite dans le pays depuis au moins 2 400 ans. Dans le livre « Anabase » de Xénophon en 398 avant J.-C. il décrit : le «vin d’orge dans les villages arméniens ». Il y avait là le blé, l’ orge et les haricots et le vin d’orge dans de grands bols grains d’ orge flottaient dans la boisson ». Bien que les Arméniens ne soient pas de grands consommateurs, aujourd’hui l’Arménie possède sa propre production de bières : Kotaïk, Kilikia, Gumri… Alcool arménien : consommer avec modération !

L’eau-de-vie de mûre, d’abricot ou de cornouille…

Malgré la notoriété du « cognac arménien » qui est devenu un sujet de fierté, en Arménie profonde, on boit encore essentiellement des alcools maison appelés « aragh » ou « oghi ». Alors que dans le nord de l’Europe on fabrique l’eau-de-vie souvent avec des céréales, les variétés arméniennes s’obtiennent des fruits locaux, dont l’abricot, la pêche, la pomme ou la cornouille. Mais le plus connu est fait à base de mûre. Lorsqu’un Arménien des régions vient à Erevan, il apporte à ses hôtes du fromage artisanal et de l’eau-de-vie de mûre, d’abricot ou de cornouille. Mais quand il va à Moscou, il achète du cognac de trois, cinq ou dix ans d’âge, selon le destinataire du cadeau. Âmes sensibles s’abstenir ! Alcool arménien : consommer avec modération !

Le « cognac arménien »

Dit « brandy » à l’exportation, le fameux « cognac arménien » mérite bien son nom. Si vous allez à Erevan, on vous demandera à coup sûr d’en rapporter du cognac arménien. Dans l’inconscient collectif russe, le bon cognac est pratiquement synonyme d’Arménie. Pourtant, le cognac arménien existe depuis à peine plus d’un siècle, une durée courte comparée à la longue histoire du pays. La première distillerie d’Erevan a vu le jour en 1877. Dix ans plus tard, on se met à y produire du cognac selon la méthode française traditionnelle. Cette entreprise a été la première de l’Empire russe, dont faisait partie l’Arménie de l’époque, à être équipée de deux alambics de type charentais. Les responsables de la fabrication avaient été envoyés en formation en France. De nouvelles distilleries voient le jour dans la ville, qui en comptera 15 en 1914. La plus importante étant celle de la société Choustov & Fils, fournisseur officiel de la cour de Son Altesse Impériale de Russie.La notoriété des « cognacs arméniens » a déjà franchi les frontières et ils ont été plusieurs fois médaillés lors d’expositions internationales.

Reprise par le groupe Pernod Ricard en 1998, la distillerie d’Erevan produit un alcool de qualité supérieure élaboré selon les méthodes françaises. Les Français n’ont pas touché à la recette initiale, affirmant que le « cognac arménien » correspondait aux normes internationales. Ils ont aussi gardé l’appellation “ cognac arménien ” – sauf pour le marché occidental, où il est appelé brandy ainsi que les étiquettes qui ont conservé les emblèmes nationaux.

Produit selon les méthodes en vigueur en France, cet alcool a un goût différent de celui élaboré dans l’Hexagone. Les hypothèses sont nombreuses. La nature très minérale du sol, le bois des tonneaux, ainsi que le microclimat particulier de la vallée d’où provient le raisin.

Le « cognac arménien » ne peut être produit qu’en Arménie à partir de cépages locaux et même le cognac le moins coté ne saurait être vendu avant d’avoir vieilli plusieurs années.

Alcool arménien : consommer avec modération !

réf : Alexandre Iskandarian et Irina Rosenberg

Eaux minérales ou de source

Eaux minérales ou de source – en direct des montagnes de l’Arménie, plates ou gazeuses : Jermuk, Bdjni, Dilidjan, Arzeni…

Un pays où 7 500 sources sont recensées et dont 1 300 d’entre elles sont réputées pour leurs vertus médicinales. Le Thermalisme a été et est en plein renouveau.

Jermuk – Au pied de la chaîne de montagne du Zanguezour, la ville de Jermuk, qui se trouve dans la région de Vayots Dzor à 173 km d’Erevan, est réputée pour sa station de cure thermale et a donné son nom à une eau minérale : Jermuk.

Arzeni – Situé dans la région de Koayk, est connue pour ses sources thermales et son eau minérale.

Dilidjan – Nichée dans la région montagneuse et boisée de Tavush, Dilidjan, est une importante station climatique et thermale située au Nord-Est d’Erevan. Avec ses centres de cure et de repos, Dilidjan a une vocation essentiellement curative. Elle est également réputée pour son eau minérale.

Le vin

Le Vin – la viticulture et l’Arménie : c’est une histoire très ancienne. Preuve en est la découverte il y a quelques années en Arménie des traces de la première production industrialisée de vins au monde, production remontant à 6500 ans. L’Arménie fait partie avec la Géorgie voisine de cette Transcaucasie, un des lieux d’origine de la vigne où la vigne sauvage muta en vigne cultivable et où eurent lieu les premiers foulages du raisin pour obtenir du vin. Aujourd’hui le vin rouge a de nombreuses qualités et disposent d’un bel équilibre. Le vin arménien a gagné ces dernières années des prix internationaux lui donnant ainsi une reconnaissance méritée. L’Arèni rouge, Idjèvan blanc…