Le sud

/Le sud

Site troglodytique de Khndzoresk

Site troglodytique : Le village fut un site troglodytique, creusé dans les tufs volcaniques et qui rappelle quelque peu la Cappadoce, habité jusqu’au début du XXe siècle, dont il subsiste des traces notables. Un village du même nom existe désormais à proximité. Un pont suspendu, d’où une vue splendide s’ouvre sur le canyon, a été érigé récemment à Khndzoresk. Long de 160 mètres, avec une hauteur au point le plus profond de 63 mètres et d’une largeur de 1.5 mètres, il est unique par ses dimensions. D’un poids de 14 tonnes, il a la capacité de supporter 700 personnes et relie les 2 parties du vieux Khndzoresk.

Monastère de Noravank (liste indicative UNESCO)

Noravank est un monastère situé dans une gorge de la communauté rurale d’Areni, dans la région de Vayots Dzor, au sud de l’Arménie. Bâti sur l’emplacement d’une église des IXe – Xe siècles, le complexe est refondé au XIIe siècle mais date essentiellement des XIIIe et XIVe siècles ; il devient le mausolée des Orbélian. Actif jusqu’au XIXe siècle et célèbre notamment pour son scriptorium, cet important centre religieux et culturel arménien est jusqu’alors une des résidences des évêques de Siounie. Il rassembla les chrétiens, les religieux et les hommes politiques éminents de l’époque. L’église principale du monastère, Saint-Jean-le-Précurseur (Sourp Karapet), est précédée d’un gavit et est complétée par l’église Saint-Grégoire (Sourp Grigor). S’ajoutent à ce groupe l’église Sainte-Mère-de-Dieu (Sourp Astvatsatsin), les ruines de divers bâtiments, plusieurs khatchkars et les remparts des XVIIe et XVIIIe siècles.Rénové à deux reprises au XXe siècle, Noravank est aujourd’hui l’une des cinq attractions touristiques majeures de l’Arménie. Le monastère et la haute vallée de l’Amaghou sont placés depuis 1996 sur la liste indicative arménienne du Patrimoine mondial de l’UNESCO.

Monastère de Tatev UNESCO

Perché au sommet de la gorge de la rivière Vorotan, le complexe monastique de Tatev datant du IXe siècle était l’une des universités médiévales les plus avancées de l’Arménie accueillant des étudiants en sciences humaines et un bastion politique important. En raison de sa location interdite, il était autrefois difficilement accessible. Mais maintenant, un long téléphérique de 5,7 km est construit pour relier les visiteurs du monastère et ses villages environnants, offrant un voyage passionnant avec des vues à couper le souffle sur les gorges de la rivière et les montagnes. Tout cela fait vraiment du monastère de Tatev une destination de classe mondiale. Selon la légende, le monastère fut appelé au nom de St.Eustathius, l’un des disciples, accompagnant l’apôtre St.Thadée en Arménie au 1er siècle. Une petite église (la première église du monastère de Tatev), élevée sur ses reliques au 4ième siècle, fut fréquentée par les pèlerins depuis le 5ième siècle. De cette époque jusqu’au 8ième siècle, les chroniqueurs sont silencieux, reprenant l’histoire de Tatev par la fin du 8ième siècle. Le monastère actuel a été construit entre le Xe et le XIIIe siècles, à l’emplacement du sanctuaire ancien. C’était un très grand centre intellectuel de l’Arménie, entre 1390 et 1453. A cette époque le monastère va acquérir ses lettres de noblesse avec l‘édification d’une université, qui en fera l’un des centres intellectuels les plus prestigieux en Arménie, au même titre que les universités de Sanahin et de Haghpat. Plus de 500 moines vont séjourner dans ce haut-lieu de la culture fréquenté aussi par les plus grands savants et théologiens de l’époque, comme Grégoire de Tatev. C’est un lieu incontournable également pour les musiciens et les artistesComme beaucoup de monastères arméniens du Moyen Âge, Tatev s’est doté d’une muraille contre les invasions de l’époque. L’édifice a été endommagé par le tremblement de terre de 1931. Les travaux de restauration sont achevés après 2010.Le téléphérique le plus long du monde est à Tatev
Les cloches de l’église sonnaient fort à Tatev le 16 Octobre 2010 annonçant le lancement d’un programme pour ranimer un complexe monastique médiéval avec l’ouverture d’un téléphérique appelé « les Ailes de Tatev», qui relie le village de Halidzor au magnifique monastère de Tatev. C’est le plus long téléphérique à va-et-vient du monde : 5720 mètres.

Avec un parcours (aller-retour) d’environ 11 minutes et deux cabines de 25 passages, le téléphérique assure la liaison, même en hiver, entre le village de Halidzor, situé à 1 546 m d’altitude, et le monastère de Tatev, qui est situé à 1 537 m d’altitude de l’autre côté d’une grande colline et du canyon de la rivière Vorotan. Le téléphérique survole ce canyon d’une largeur de quelque 2,7 km et d’une profondeur d’environ 500 m. Au point le plus bas du trajet, il y a toujours 231 m entre la cabine et la rivière.

Un ticket aller et retour coûte 5 000 drams l’équivalent d’environ 9 euros.

Val des Grandes Orgues

Garni, Geghart, Armenia

La route de Gndévank traverse le Val des Grandes Orgues, un ensemble de superbes orgues basaltiques qui s’étirent en une étroite bande de plusieurs kilomètres, le long d’une paroi rocheuse barrant le cours du fleuve Arpa. C’est dans cet environnement exceptionnel, sur les hauteurs de la rive gauche de l’Arpa, que se dresse le monastère de Gndévank. L’église Sourb (Saint) Stépanos, l’édifice principal bâti en 936, est par son plan général, une reproduction des églises arméniennes cruciformes à coupole centrale.

Zorats Karer

Zorats Karer aussi appelé Karahunj (« voix des pierres »), est un site mégalithique de la région de Syunik en situé à 3 km au nord de Sissian. C’est un ensemble de centaines de pierres verticales sur un terrain de 3 ha à 1 770 m d’altitude. Toutes les pierres du monument sont de basalte et certaines ont des trous. Le site serait un ancien observatoire destiné à suivre les mouvements des astres et à mesurer le temps. Karahunj a été comparé à Stonehenge, Carnac et Newgrange, ces derniers étant aussi identifiés comme observatoires et lieux de culte au soleil. Certains astronomes pensent que ce monument aurait 6000 – 8000 ans et daterait donc du IVe ou du VI e millénaire av. J.C.