Non classé

/Non classé

Rencontre entre le Maire d’Erevan Haïk Maroutian et la Maire de Paris Anne Hidalgo

Le 17 octobre le Maire d’Erevan Haïk Maroutian est arrivé en France sur l’invitation de la Maire de Paris Anne Hidalgo.

En remerciant pour l’invitation, les félicitations et l’accueil chaleureux, Haïk Maroutian a exprimé le souhait d’élargir le cercle de la coopération entre l’Arménie et la France, ainsi que a souligné l’importance du renforcement des liens d’amitié et de coopération entre les deux pays ,en notant que le centre « TUMO » était le meilleur exemple de la coopération entre les deux pays.

DigiTec 2018 à Erevan

Le 5 octobre à Erevan s’est déroulé « DigiTec 2018 » l’événement le plus important et le plus attendu dans le domaine des technologies de l’information.  Le 14ème salon DigiTec a pour objectif de créer un environnement favorable pour les entreprises de haute technologie, les consommateurs professionnels et le public, afin d’élargir la coopération internationale.

Le congrès mondial de l’informatique en 2019 se tiendra en Arménie.

La plate-forme de DigiTec peut servir et pour les grandes entreprises et pour les petites.

Dans les différentes régions de l’Arménie il existe des laboratoires où les enfants apprennent les principes de base de la robotique, développent leurs propres robots et leurs projets.

Les sociétés Ucom, PicsArt, VMware, VOLO, Arloopa, IUNetworks, Webb Fontaine, Instigate, ArmSoft, Early One, GG, HackTech, Mtech, Globbing, Keysight Technologies, Shtigen et plusieurs autres sociétés participent l’exposition Digitec .

Ainsi, DigiTec réunit et reflète le potentiel technologique, les réalisations et l’avenir de l’Arménie.

Le 25 septembre à Paris l’école Tumo a accueilli ses premiers élèves

Le 25 septembre l’école Tumo a accueilli ses premiers élèves au sein du forum des images, aux Halles (1er).Il n’y a pas de critères de formation nécessaire pour les postulants, ils doivent seulement être âgé de 12 à 18 ans.

L’inscription était possible en ligne ou sur place. A TUMO les élèves pourront suivre des cours dans huit domaines où les nouvelles technologies sont employées : programmation informatique, animation, jeu vidéo, musique, dessin, graphisme, cinéma et modélisation 3D.

TUMO formera – gratuitement – au numérique environ 4.000 jeunes de Paris et de la région. Les élèves pourront s’y rendre le soir après leurs cours ou le week-end .

L’école Tumo de Paris s’ est inspire d’un établissement similaire ouvert en 2011 en Arménie, qualifié «d’école la plus innovante du monde ».

Les vacances de la famille royale belge en Arménie

En ce moment, le roi Philippe et la reine Mathilde de Belgique et leurs quatre enfants sont en vacances en Arménie.

Il s’agit d’une visite privée.

Selon nos informations, la famille royale belge est très impressionné par l’Arménie.

Un labyrinthe dicté du « Ciel »

Un dédale de galeries, des escaliers à n’en plus finir : ce labyrinthe est devenu l’une des principales attractions touristiques de l’Arménie.

Pendant plus de 23 ans, Levon Arakelian a creusé un réseau de caves et de tunnels dans la terre ocre sous sa maison à Arinj, un petit village de 6000 habitants près d’Erevan.

« Une fois qu’il a commencé à creuser, il est devenu impossible de l’arrêter », raconte sa femme à l’AFP.

Chaque jour, Levon creusait pendant plus de 18 heures, prenant juste une pause pour une courte sieste avant de retourner en hâte dans le labyrinthe. « Je me suis beaucoup disputée avec lui, mais il était devenu obsédé par son objectif », se souvient Tossia.

« Il n’a jamais dessiné de plans, il nous disait souvent qu’il voyait dans ses rêves ce qu’il devait faire ensuite», confie-t-elle, précisant que Levon était convaincu d’être «guidé par le Ciel ».

Au total, Levon a creusé à plus de 21 mètres de profondeur un labyrinthe de 280 mètres carrés, sans machine et avec uniquement des outils manuels, déblayant à l’aide de seaux l’équivalent de 600 camions chargés de pierres et de terre, assure Tossia.

Si la première couche du sous-sol était composé de pierres noires en basaltes, Levon a vite atteint des pierres en craie micacée, plus poreuses et faciles à creuser.

En 2008, alors que les deux bouts du dernier tunnel venaient de se rejoindre, Levon est décédé à l’âge de 67 ans d’une crise cardiaque.

Touristes du monde entier

Devenue veuve, Tossia a décidé de mettre en valeur l’étrange patrimoine laissé par son mari.

Des visiteurs du monde entier se rendent à Arinj pour découvrir le labyrinthe de Levon: certains jours, des cars remplis de touristes font le trajet jusqu’à la maison de Tossia, seule destination touristique du village.

Guidés par Tossia dans les galeries glaciales et silencieuses, les touristes ne cessent de pousser des exclamations admiratives en découvrant que Levon avait poussé sa passion jusqu’à parsemer les salles de vases en terre cuite et graver sur les murs des motifs décoratifs rappelant ceux des églises d’Arménie.

La lueur des bougies placées sur le parcours des touristes ajoute au charme de la visite.

«Dans ce lieu incroyable, on réalise à quel point les capacités physiques et spirituelles d’une personne n’ont pas de limites», déclare Milad, un touriste de 29 ans venu d’Iran.

Pour rendre hommage au travail acharné de son mari, Tossia a érigé un petit musée en son honneur, dix ans après sa mort. Situé dans le centre du village, il retrace la construction du labyrinthe et montre les méthodes employées par Levon.

Tossia vend aussi des tasses, des T-shirts et des tabliers à l’effigie de son mari, dont l’obstination est devenu un symbole pour certains Arméniens et touristes.

À 44 ans, la fille de Levon, Araksia, se souvient, elle, d’une enfance avec un père passionné jour et nuit par son projet.

« Mes premiers souvenirs d’enfance, c’est le bruit sourd du marteau de mon père provenant de la cave pendant la nuit », confie-t-elle.

Sources :

Agence France-Presse

https://www.lesoleil.com

Statue de cire d’Arno Babajanyan à l’Assemblée Nationale d’Arménie

L’Assemblée Nationale d’Arménie met à l’honneur le compositeur arménien Arno Babajanyan dont la statue de cire a été exposée, ainsi que ses  photos de sa collection personnelle au sein du parlement le 3 juillet, en présence d’Ara Babajanyan, fils de l’artiste.

 » C’est un grand honneur et un grand bonheur pour moi de participer à cette exposition. C’est un grand honneur pour moi puisque mon père a beaucoup aimé sa patrie, l’Arménie, le peuple arménien et surtout Erevan où il est né « , a déclaré Ara Babajanyan.

Ara Babajanyan se souvient à propos de son père que lorsque on lui a demandé où vivait-il, il avait répondu: « Je réside à Moscou, mais je vis en Arménie ».

Le point de chute définitif de la statue de cire sera la salle de concert d’Arno Babajanyan où sa musique est jouée au plus grand plaisir des amateurs du compositeur.

L’école arménienne TUMO fera son entrée à Paris en septembre.

Le projet a été confirmé par la Ville de Paris. En septembre, TUMO l’école du numérique va compléter l’offre cinématographique du Forum des images.

Le Forum des Images, cette institution parisienne, mémoire du cinéma de la capitale, va prendre un nouveau souffle. Ici, à la rentrée scolaire de septembre, une école de la création numérique et des nouvelles technologies fera son entrée au programme.

Claude Farge, 43 ans, le tout nouveau directeur du Forum des images, ancien directeur des éditions et du transmédia à Universcience, s’est installé de façon officielle à son bureau. Nommé à l’unanimité du Conseil d’Administration en décembre, il arrive avec un nouveau projet porté à l’unisson avec Anne Hidalgo, maire de Paris : créer une école du numérique, gratuite, destinée aux jeunes de 12 à 18 ans et qui devra trouver sa place dans cet équipement subventionné par la Ville de Paris.

C’est à Erevan, en Arménie, qu’Anne Hidalgo a découvert l’école Tumo, dont la formation est reconnue à travers le monde. Lors du Web Summit qui s’est tenu en novembre dernier à Lisbonne, Paris a été élue «I Capitale », c’est-à-dire la capitale européenne de l’innovation… Du même coup, elle a remporté un chèque d’un million d’euros, et promis l’implantation de l’école Tumo à Paris.

« Nous n’allons pas dupliquer ce qui se fait à Erevan, mais nous allons signer un partenariat pour développer à Paris le contenu de cette formation et proposer à Erevan la programmation du Forum des images », souligne Claude Farge qui a lui-même recommandé l’école Tumo lors de la présentation de son projet en décembre. « C’est la vocation de la Ville, de contribuer à créer un cadre qui permet l’initiation à la création numérique accessible à tous », ajoute Patrick Bloch, député PS de paris, chargé, pour la Ville, de suivre le dossier.

Aujourd’hui, le feu vert est donné.

En juin, le programme de la formation devrait être rendu public avec les premières inscriptions des candidats. Cent à cent cinquante postes de travail seront proposés pour des formations de deux heures par semaine. « Nous misons sur 2 000 jeunes formés par an », espère Claude Farge.

L’enjeu est ambitieux en six mois. « C’est jouable, assure-t-il. Toutes les équipes sont en ordre de marche pour y arriver ».

www.leparisien.fr

« Journées du vin » à Erevan

A Erevan le 11 et le 12 aura lieu le festival  » Journées du vin 2018 « .

Le festival se déroulera dans le centre-ville à l’ intersection des rues Saryan, Tumanyan et Pushkin où seront présentés plus de 200 types de vins d’Arménie et d’Artsakh.

C’est la deuxième fois qu’on organise cet événement et le festival a un énorme potentiel de devenir un festival traditionnel. Cette année la capitale fête son 2800e anniversaire et cet événement permet de présenter la cuisine et les traditions arméniennes, ainsi que les opportunités d’œnotourisme d’Arménie.

L’Arménie est connue comme un pays de brandy, mais le pays a toutes les possibilités de devenir connu pour ses vins.

Le festival a attiré beaucoup de touristes de Russie, du Canada, des États-Unis et d’Europe.

Les « Fleurs » de Martiros Saryan

L’œuvre intitulée « Fleurs » du peintre arménien Martiros Saryan sera exposée pour la première fois au Musée-Maison Martiros Saryan du 28 février au 7 mars 2018.

« Ce tableau n’a jamais été présenté en Arménie.Sarian a créé cette œuvre pour les besoins du film « Martiros Saryan » et l’a offert plus tard au réalisateur Marat Varzhapetyan. La famille du réalisateur a probablement vendu le tableau, et maintenant il appartient au collectionneur russe Yury Nosov », a déclaré la représentante du musée, Sofia Saryan.

Notons que pour les visiteurs du musée un film documentaire sera présenté, ainsi que le livre « Saryan – peinture de fleurs ».

La promotion de l’Arménie passe par la sensibilisation des journalistes du tourisme

Sensibiliser les médias étrangers afin que l’Arménie devienne une destination touristique désirée, est une priorité absolue pour le tourisme arménien.

C’est la mission du Comité d’Etat du Tourisme d’Arménie dans l’objectif d’accroître la reconnaissance de l’Arménie à travers le monde.

Durant l’année 2017 102 journalistes étrangers spécialisés ont été invités, 100 articles ont été publiés, plus de 12 films documentaires et reportages télé ont été réalisés.
Les technologies numériques sont également un support très efficace pour atteindre les résultats escomptés.

Le Comité d’Etat du Tourisme cible sa communication digitale essentiellement en direction des pays d’Europe, mais aussi la Russie, l’Iran et les pays du monde arabe.