CROSSROADS, un festival arménien dédié à la musique contemporaine

//CROSSROADS, un festival arménien dédié à la musique contemporaine
yell_extreme_park_2

CROSSROADS, un festival arménien dédié à la musique contemporaine

CROSSROADS, un festival arménien dédié à la musique contemporaine

Du 4 au 28 mai, l’Arménie accueille les Journées de Musique contemporaine (Contemporary Music Days) dans le cadre du Festival Crossroads 2019. Il s’agit de la 3ème édition de cet événement dont la genèse remonte à 2015.

Par Anne-Marie Mouradian

Cette année-là, la pianiste belge d’origine arméno-suisse Laurence Anahid Mekhitarian, avait organisé à Bruxelles un concert lié à la commémoration du centenaire du génocide. A sa demande, le compositeur belge Claude Ledoux avait écrit une pièce en relation avec l’Arménie, « Saveurs de pierre et de miel ». « Ce voyage expressif – situé entre l’hiératisme de certains paysages d’Arménie et la douceur du miel, composant de nombreuses recettes de ce pays – fut imaginé pour répondre aux commémorations arméniennes de 2015 » – expliquait l’auteur.

Le concert était également consacré à la jeune génération de compositeurs arméniens. Une collaboration est née à cette occasion et la décision fut prise de poursuivre et développer le projet en Arménie.

Le festival Crossroads (Carrefours) vit ainsi le jour en avril 2017. Il est organisé par « Quarter Tone », association de quatre jeunes compositeurs dynamiques parmi lesquels Aram Hovhannisyan, également flûtiste, qui a été longtemps basé à Genève. Le groupe a fondé l’ensemble « Assonance » auquel participent des musiciens de l’Orchestre national philarmonique d’Arménie.

Des créations inédites à l’honneur

Crossroads est entièrement consacré à la musique contemporaine avec pour objectif de promouvoir des créations d’aujourd’hui, explique Laurence Mekhitarian qui s’est adressée, entretemps, à d’autres compositeurs belges. C’est ainsi que Jean-Luc Fafchamps a créé, en 2017, la pièce « Feuillets d’Arménie » pour laquelle il s’est vu décerner le Sabam Awards 2018, prix de la « Société belge des auteurs, compositeurs et éditeurs » (catégorie musique contemporaine). Et Jean-Pierre Deleuze a composé « La Cathédrale d’Ani » qui lui a valu un Premier prix au Concours International de Composition « Antonio Smareglia » 2018 de Udine, en Italie.

Tandis que ces compositeurs ouvrent depuis plus de vingt ans de nouvelles voies à l’écriture musicale, Laurence Mekhitarian apporte dans l’interprétation au piano de leurs œuvres un style inédit et des techniques souvent non-traditionnelles, fruit de son questionnement personnel sur une création artistique en constante évolution.

Démarche d’avant-garde, la musique vivante contemporaine crée une brèche dans les habitudes d’écoute. Si elle ne connait pas encore une large audience en Arménie, un festival comme Crossroads lui offre pendant plusieurs jours une vitrine de concerts. Il est aussi un carrefour de rencontres internationales, permettant à de jeunes musiciens d’Arménie en quête de nouveaux langages musicaux, de partager l’expérience de compositeurs étrangers dans le cadre de séminaires et de master classes. Et à ces derniers, de découvrir in situ l’Arménie et sa vie musicale actuelle marquée par des personnalités internationalement connues comme Tigran Mansourian, figure majeure de la culture arménienne contemporaine qui vient de fêter ses 80 ans.

En 2017, le festival avait invité le Belge Claude Ledoux et le Français Franck Christoph Yeznikian. Le Belge Jean-Pierre Deleuze et Vahram Sarkissian, compositeur arménien installé au Canada, participèrent à l’édition 2018.

Pour sa troisième édition, cette année, les compositeurs invités sont Arman Gushchyan basé à Moscou, l’Italien Paolo Ricci et le Belge Jean-Luc Fafchamps. Ce dernier écrivait à propos de « Feuillets d’Arménie » qui sont quatre pièces brèves – « Tête de turc / Désert de sang / Mille milliers de noms effacés / Ce qu’a vu Komitas » – rédigées au lendemain du centenaire du génocide : « J’ai voulu ajouter mon humble pierre à l’édifice collectif qui fera qu’immanquablement, parce que cela se doit, ce génocide sera un jour reconnu par les descendants de ceux qui l’ont perpétré ».

Jean-Luc Fafchamps sera en Arménie avec deux créations nouvelles, un quintet et « Monodie » une pièce pour piano et flute (ou clarinette).

Après un premier concert le 4 mai à Gyumri, au Technology Center Hall, le festival Crossroads 2019 se déroulera à Erevan en différents lieux, au Musée-Institut Komitas, au Conservatoire d’Etat Komitas et au Centre de l’UGAB/AGBU, avant de se clôturer le 28 mai à la Salle Komitas de Musique de Chambre.

Voir le programme via le lien: https://www.quartertone.org/crossroads-2019

Source : www.courrier.am

News

Carte de l’Armenie

Inscrivez-vous à la Newsletter