Forbes a « exploré » la production du cognac arménien

//Forbes a « exploré » la production du cognac arménien
yell_extreme_park_2

Forbes a « exploré » la production du cognac arménien

Forbes a « exploré » la production du cognac arménien

L’auteur de l’article « Exploring The World Of Armenian Brandy » Joseph Micallef a mentionné que l’Arménie est connue comme le berceau de la vinification. Cependant, la production du cognac arménien a une très longue histoire.

En Arménie l’ industrie du brandy s’est développée au cours de la fin du 19ème siècle. C’est après la réforme du statut des paysans de 1870, et surtout après la construction du chemin de fer entre la Transcaucasie et la Russie, que la production a vraiment décollé.

La première distillerie d’Erevan a vu le jour en 1877. En 1893 et 1894, trois nouvelles distilleries voient le jour dans la ville, mais la plus importante étant celle de la société Shustov & Sons. Shustov est devenu le fournisseur officiel de la cour du tsar russe Nicolas II. Son entreprise, Shustov & Sons, est devenu finalement  » Yerevan Brandy Company ».

La notoriété des cognacs arméniens a déjà franchi les frontières et ils ont été plusieurs fois médaillés lors d’expositions internationales. Lors de l’Exposition Universelle de Paris de 1900, le brandy Shustov & Sons a été primé meilleur brandy lors d’une dégustation à l’aveugle, devançant les producteurs de cognac et obtenant par la même occasion l’accès à l’appellation « Cognac ».

« Le pays produit actuellement environ 20 millions de litres du cognac, environ 5,7 millions de gallons, dont 90% sont exportés.
Pour la production du cognac arménien on n’utilise que des cépages autochtones », indique l’article.

 

News

Carte de l’Armenie

Inscrivez-vous à la Newsletter