Matenadaran : langue et manuscrits

//Matenadaran : langue et manuscrits
yell_extreme_park_2

Matenadaran : langue et manuscrits

Matenadaran : langue et manuscrits

Le Matenadaran est un musée de manuscrits anciens et un Institut de recherches. C’est un trésor national se composant d’une collection unique, l’un des plus riches dépôts de manuscrits et de documents au monde. Situé à Erevan, il compte plus de 17 000 manuscrits et environ 300 000 documents d’archives. Son histoire remonte au Ve siècle et à la création du Matenadaran d’Etchmiadzine (siège de l’Église apostolique arménienne), que la tradition fait remonter à l’invention de l’alphabet arménien par Mesrop Machtots en 405. Cette collection de précieux manuscrits arméniens fut conservée presque 1500 ans dans la bibliothèque du Catholicossat à travers des époques de triomphe et de tragédie du pays. Le Matenadaran d’Etchmiadzine fut nationalisé en 1920 et transféré dans la capitale, Erevan en 1939. Le Matenadaran fut transformé en Institut de recherches en 1959. Côtoyant les manuscrits arméniens, composant la plus grande partie de la collection du Matenadaran, sont également conservés des manuscrits arabes, perses, grecs, assyriens, slaves anciens, latins, éthiopiens, indiens, japonais et bien d’autres. Parmi les trésors du musée figurent l’Evangile dit « de Lazar » le plus ancien manuscrit complet daté (887) et des oeuvres dont les originaux ont disparu et qui n’existent plus qu’en traduction arménienne, telle que le traité « Sur la nature » du philosophe grec Zénon, les cinq derniers chapitres des « Catégories » d’Aristote, la « Chronique » d’Eusèbe de Césarée, les « Assises d’Antioche » (code de lois médiéval français), etc. Propriété publique et inscrit au registre international Mémoire du monde de l’UNESCO, l’Institut, de par ses missions et ses collections, constitue aujourd’hui « un des lieux essentiels de l’élaboration et de la transmission de la mémoire nationale en Arménie ».Le texte est rédigé par l’Institut de recherches des manuscrits Mesrop Machtots.