Monastère de Gueghard

/, Retour et resource/Monastère de Gueghard
yell_extreme_park_2

Monastère de Gueghard

Monastère de Gueghard

Le monastère de Gueghard et ses églises et tombes remarquables creusées à même la roche, est un exemple exceptionnellement bien préservé et complet de l’architecture monastique médiévale arménienne et de l’art ornemental associant de nombreuses caractéristiques novatrices qui eurent une profonde influence sur les développements ultérieurs dans la région. Monastère de Gueghard ou encore Sainte-Lance de Gueghard, est situé dans la région de Kotayk, près d’Erevan. Le complexe a été fondé au XIIIe siècle. La particularité du monastère est de présenter une partie souterraine dans laquelle les prêtres s’exercent pour leur liturgie. Une chapelle inférieure porte les armes de la famille Prochian, deux lions affrontés surmontés d’un autre lion attaquant un bœuf et soulignés de l’aigle enlevant dans ses serres un agneau. On ne connaît pas la date exacte de la fondation du monastère, mais on l’estime à peu près du VIIe au VIIIe siècle, peut-être même IVe siècle. Selon la tradition, il aurait été fondé au temps des premiers chrétiens et était alors dénommé Aïrivank ou « monastère rupestre ». Selon la tradition, de nombreux moines auraient mené une vie ascétique dans les grottes à flanc de falaise accessible uniquement par des échelles ou des cordes à l’époque ; saint Grégoire l’Illuminateur y aurait vécu, ainsi que le catholicos Sahak Parthev pendant la création de l‘alphabet arménien. Il va devenir un grand centre du christianisme avec une école de manuscrits et une académie de musique. Pendant l’invasion arabe, il sert de refuge à la population, mais est pillé en 920 et détruit, seuls quelques bâtiments subsistant. Le monastère actuel a été fondé au XIIIe siècle, par la famille des Prochian ; l’église principale est construite en 1215 et les chapelles en 1225. Le monastère devient alors un site important de pèlerinage en raison des reliques de la Sainte Lance ainsi que d’un fragment de l’Arche de Noé que les moines affirmaient posséder.Le monastère est à nouveau détruit par les Mongols, puis par Tamerlan. Il a été aussi maintes fois endommagé par des tremblements de terre (1127, 1679, 1840), mais toujours reconstruit.

Le monastère est classé depuis l’an 2000 au patrimoine mondial de l’UNESCO. Le Délégué de l’Italie a souligné que ce site est inclus dans un programme d’itinéraires culturels mis en place par le Conseil de l’Europe et l’Italie.