Le monastère de Ketcharis

yell_extreme_park_2

Le monastère de Ketcharis

Le monastère de Ketcharis

Ketcharis ou Kecharis est un monastère arménien situé à Tsakhkadzor ( Kotayk ) , en Arménie. Cet important centre médiéval d’enseignement a été construit entre les XIe et XIIIe siècles par diverses familles de la noblesse arménienne. Le site se compose de trois églises, dont une dotée d’un gavit, de deux chapelles, et est complété par une quatrième église quelque peu à l’écart. Sa rénovation s’est achevée en 2001.

Situation géographique :

Ketcharis est situé dans une vallée boisée du bassin de la Hrazdan, sur les pentes orientales du mont Teghenis, dans le Petit Caucase et au nord-est du haut-plateau arménien, à 1 850 m d’altitude.

Le monastère est situé sur les hauteurs nord-ouest de la ville de Tsakhkadzor (dont il a gardé l’ancien nom). La capitale arménienne, Erevan, est située à une soixantaine de kilomètres au sud-est.

Histoire :

Le monastère entre deux phases de restauration, en 1995.

Saccagé lors des invasions timourides de la fin du XIVe siècle, le monastère reste en l’état, malgré un scriptorium actif aux XVIe et XVIIe siècles, jusqu’à son abandon total au XIXe siècle, à la suite notamment du séisme de 1828. Un deuxième séisme touche le lieu en 1927.

Sous l’ère soviétique, le monastère connaît plusieurs phases de restauration : 1937-1958, puis dans les années 1980. Cette dernière phase est inachevée, faute de moyens, et n’est complétée qu’entre 1998 et 2001, grâce aux fonds apportés par le mécène Vladimir Haroutyunyan ; le diocèse de Kotayk de l’Église apostolique arménienne y réside aujourd’hui.

Bâtiments :

Sourp Grigor et son gavit

L’église principale Sourp Grigor (« Saint-Grégoire ») a été érigée au tout début du XIe siècle (1003 ou 1033 selon les sources) par Grégoire Magistros. Le décor extérieur du bâtiment est discret. Sur l’entrée occidentale est représenté une deisis entourée d’anges (XIIIe siècle).

Sourp Haroutioun

Le dernier bâtiment du monastère, la chapelle funéraire Sourp Haroutioun (« Sainte-Résurrection »), est situé à 120 m à l’ouest et date de 1220.